Tom Fontana le Grand

Facebooktwittertumblrmail

Préface

Tout le monde connaît Netflix et HBO puisque depuis quelques années leur omniprésence, leur budget ou même leurs affiches surclassent parfois celui des longs métrages. Même la mythique Twin Peaks est sur le point de réapparaître. Derrière ce succès de la série télé se cache le visionnaire Tom Fontana, auteur du premier programme diffusé par HBO en 1997 : Oz. Tom n’est pourtant pas un débutant. Le polar et autres « cop stories » il connait : Hôpital St Elsewhere et Homicide Life on the Street lui serviront d’entraînement pour mettre au monde son futur bébé qui influencera toutes les séries actuelles. Sa recette ? Des personnages sombres, un réalisme cru, des intrigues à tiroir, une écriture ambitieuse, des rebondissements à gogo le tout saupoudré d’une interprétation impeccable. Le mieux pour comprendre le phénomène actuel des séries et leurs formidables affiches était encore de demander au Maître incontesté du genre, et au passage lui soutirer quelques infos sur ses projets.

Introduction

A quoi ressemble une journée type de Tom Fontana ? Plutôt studieuse avec une pincée d’ironie dont il a le secret : « Je me lève à 5h et commence par me préparer du thé, je bois beaucoup de thé ! Ensuite je m’installe derrière mon bureau et j’écris, j’écris et j’écris encore jusqu’à plus soif. Mais tu sais l’envie revient vite, elle me prend par surprise et ça me démange ! Alors avant d’aller me coucher eh bien je pense à ce que je vais écrire le lendemain. En général la scène à laquelle je pense la nuit c’est le dernier rêve que je fais le matin donc c’est pour ça que je me lève tôt, pour ne pas oublier le rêve ! » Voilà, les présentations sont faites.

Chapitre I

Les acteurs c’est peut-être une des clefs de la réussite : « On a réalisé Oz pour un budget modeste mais j’ai eu la chance d’avoir des acteurs qui s’impliquent beaucoup dans leur travail » dit-il. Le plus bel exemple est certainement Eamonn Walker-Karim Said, le leader des Black Muslims. A une époque où les musulmans sont assimilés à des terroristes sanguinaires, Tom va prendre le temps d’étudier son personnage pour mieux coller à la réalité du besoin.

« Les musulmans sont très présents dans nos prisons, j’ai donc commencé par lire le Coran car j’en avais une connaissance digne de l’américain moyen c’est-à-dire pas grand chose, mis à part les 1001 Nuits (rires) ! Et puis j’ai relu la Bible. Dans la première saison de Oz lorsque vous entendez Eamonn prêcher cela aurait pu tout aussi bien être un prêtre, ici en Amérique ! Je voulais créer un terrain d’entente entre le public et Said. Devenir un véritable imam est devenu une obsession pour Eamonn, il accompagnait les musulmans dans leur mosquée, il priait avec eux et a beaucoup appris. Tout comme Schillinger (J.K. Simmons) et son fils, c’est important qu’un personnage ne soit ni totalement négatif ni totalement positif. »

Tom Fontana

Cette phrase résume parfaitement l’approche de Fontana dans chacun de ses projets. Cette envie dévorante d’écrire des fictions au plus proche du réel remonte peut-être à son enfance puisqu’il confie avoir grandi avec Twilight Zone, la célèbre série des années 60 qui mélangeait l’ordinaire à l’extraordinaire. D’autres films cultes façonneront l’aspect cinéphile de Tom comme Dr Folamour, Roméo et Juliette ou Le Lauréat, des histoires de drames personnels pouvant entraîner des réactions en chaîne incontrôlables.

Chapitre II

Au-delà de la qualité d’écriture, comment expliquer le succès planétaire des séries télé ? Tout est une question de volonté politique.

« Je crois qu’HBO accorde beaucoup de considération à son public. Quand les gens dépensent leur argent dans des abonnements sur le câble, la chaîne comprend qu’il faut les respecter en proposant plus de diversité grâce à des programmes de qualité. »

Tom Fontana

Pour mener à bien cette mission HBO s’appuie sur un trio de créatifs à qui la chaîne donne carte blanche : Tom Fontana, Alan Ball et David Chase respectivement créateur d’Oz, Six Feet Under et Les Sopranos, trois séries qui changent à jamais le regard des spectateurs sur le monde de la télé à tel point qu’Alan Ball déclarera avoir pensé Six Feet Under comme une série « pour les gens qui n’aiment pas la télé« . Quasiment pour la première fois des personnages de séries gagnent en consistance, en complexité, les intrigues sont travaillées comme de vrais longs métrages avec ce côté imprévisible qui rend accroc et alimente les discussions de bureau ou de cours de récréation.

Chapitre III

Le logo-tatouage de Oz, le flingue des Sopranos ou l’arbre de Six Feet Under, le visuel joue un rôle clef dans la nouvelle vague des séries américaines. Tom Fontana est aussi un grand amateur d’affiches avec une préférence pour les classiques du 7ème art : Laurence d’Arabie, Ryan’s Daughter et même notre très français Les parapluies de Cherbourg ! Des oeuvres réalisées à la main à l’ancienne avec pinceau et acrylique, ce qui explique son admiration pour Paul Brooks Davis, llustrateur américain des années 70-80, auteur principalement d’affiches de théâtre mais que des réalisateurs comme Brian De Palma, Wes Craven, Lee Daniels ou Rob Cohen aiment faire apparaître dans un coin de leur caméra.

Même si les affiches récentes remplies de Photoshop avec « le visage de George Clooney en face du visage de Brad Pitt dans un style proche du Mont Rushmore » ne le passionnent guère, Tom apprécie certains visuels plus modernes comme ceux de Game of Throne. Solidarité HBO oblige ?

Epilogue

Et l’avenir ? Son audience est devenue mondiale depuis que Canal+ a produit Les Borgia dont on se souvient les interprétations remarquables de Marc Duret en Cardinal Briçonnet, mais aussi Isolda Dychauk en Lucrèce Borgia, Mark Ryder en génial Cesare, Stanley Weber en Juan Borgia et John Doman en Pape Alexandre VI. La collaboration a porté ses fruits : « Canal+ et Atlantique ont compris l’histoire que je voulais raconter« . Le succès de ce projet rend l’attente encore plus insupportable. Mais le visionnaire est un homme qui réfléchit avant d’agir et l’explosion des séries actuelles ne lui a pas échappé. La patience, ses fidèles devront en avoir car selon les dires de Fontana lui-même : « Je devéloppe trois projets en même temps. Je ne peux pas en dire plus, à part que ça va créer encore plus de problèmes que Oz! » Réponse au prochain rêve peut-être…

Envoi
User Review
0 (0 votes)
Facebooktwittertumblrmail

les belles affiches

Un collectif passionné par les affiches de films

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.